DSC06660.JPG

À propos

Minji signifie « manger » en patois vosgien. Comme une évidence, ces 5 lettres se sont imposées à moi pour dénommer mon entreprise centrée sur l’alimentation durable, implantée aux Voivres au cœur des Vosges. Pour faire face aux enjeux environnementaux auxquels nous sommes confrontés et préserver les ressources naturelles de notre planète pour les générations futures, des gestes écologiques simples existent. Un comportement écoresponsable peut commencer tout simplement par changer ses pratiques dans la cuisine, haut lieu du gaspillage. Suivez-moi dans ma cuisine durable. Je vous accompagne vers une alimentation plus responsable.

 

Des Beaux-Arts à la lutte anti-gaspillage

Un parcours prédestiné ?

Avoir un papa peintre-dessinateur, conditionne-t-il son enfant à embrasser une carrière artistique ? Une chose est sûre, c’est qu’inspirée par l’exemple de mon père, j’ai passé beaucoup de temps en salle d’art plastique à exprimer mon potentiel. Tout naturellement après le bac, j’ai donc voulu entrer aux Beaux-Arts. Mais « faire de l’art pur » ne me faisant pas vibrer, j’ai préféré suivre la voie du design. Après un diplôme national d’art plastique à l’ENSAD de Nancy, j’ai obtenu un double master en expression plastique (ENSAD) et en design global (INSIC de Saint-Dié-des-Vosges). Mes réflexions autour du développement durable, de la préservation des ressources et du recyclage ont pris véritablement forme à ce moment-là, d’autant que ma mère, cuisinière hors pair, m’a initiée très tôt aux bons gestes : cuisiner local ou avec des légumes du jardin, économiser l’eau, trier ou composter les ordures.

La question des déchets : l’étau se resserre autour de moi

L’ENSAD encourage les élèves à s’interroger au sujet du développement durable. Je me suis alors intéressée en particulier aux déchets dans la vie quotidienne. J’ai d’ailleurs rédigé mon mémoire de master sur la prise de conscience écologique des designers et la façon dont ils s’emparent de la question environnementale. Mais quand on commence à se pencher sur les notions de déchets et de gaspillage alimentaire, on est pris dans un engrenage. Il devient impossible de fermer les yeux sans agir. Aller plus loin pour réduire les déchets et tenter d’enrayer le mécanisme est alors vital. Parallèlement, je me suis également intéressée à la cuisson et aux méthodes de conservation des aliments. La cuisine et l’alimentation durables s’installaient telle une évidence dans mon esprit et l’idée de créer Minji germait.

Minji, ma contribution pour une cuisine écologique

Je suis une designeuse engagée en faveur de la protection de l’environnement, mais pas à renfort de discours moralisateurs. Avec Minji, je souhaite surtout initier à l’alimentation durable et à ses enjeux grâce à une approche anti-gaspillage. Sont concernées les jeunes générations – les adultes de demain – mais aussi les individus en perte de sens face à un gaspillage généralisé et à des pratiques consuméristes effrénées. Par un mobilier adapté à la conservation des aliments et par de la sensibilisation à des usages raisonnés et plus respectueux, j’aspire à accompagner ceux qui le veulent dans la transition écologique. Limiter le gaspillage alimentaire à la maison peut se faire en douceur et sans contrainte. Au final, tout le monde y gagne, la planète et bien sûr les consommateurs, car écologie rime souvent avec économies.

Quand le design se met au service de l’alimentation durable

Une designeuse utile

Je souhaite dessiner des solutions de décoration accessibles à tous. Pour donner du sens à mon travail, mes créations doivent avoir une vraie valeur ajoutée pour leurs utilisateurs et être écoconçues. Je puise mon inspiration dans les pratiques des générations passées pour la conservation des aliments ou leur cuisson. Pour cela, les livres d’économie ménagère des années 30 récupérés de ma grand-mère sont une véritable mine d’or ! Je remets les usages au goût du jour avec un design plus contemporain, tout en valorisant matières premières, filières et savoir-faire locaux.

Du projet d’étude à la Milan design week

Comment limiter son impact écologique au quotidien ? Les pistes sont nombreuses… J’ai choisi d’explorer celle du gaspillage dans la cuisine en partant d’un constat simple : nos réfrigérateurs sont beaucoup trop grands et sont mal utilisés, consommant inutilement de l’électricité. On y place des fruits, des légumes ou des œufs alors que le froid leur fait perdre de leurs nutriments essentiels. Aussi, durant mes études, j’ai travaillé sur un projet de mobilier de cuisine durable permettant de conserver les denrées sans énergie. Je l’ai ensuite repensé en utilisant de l’osier et du bois de hêtre biosourcés pour le présenter à la Design week de Milan en avril 2019 !

Retour du marché, un mobilier de cuisine durable primé

Retour du marché, c’est le nom de mes modules de conservation des fruits et légumes low tech. Ils n’ont pas vocation à stocker la récolte d’un jardinier, mais plutôt les produits maraîchers des consommateurs. Sur le principe du garde-manger de nos grands-parents, ils s’inscrivent dans une tendance à l’évolution des usages quotidiens qui se veulent plus en phase avec l’écologie. En novembre 2019, mon prototype a remporté le trophée de l’innovation de la filière forêt-bois dans la catégorie « innovation, matériau, produits, design » lors du 12e congrès Fibois Bourgogne-Franche-Comté.

Minji, pour une cuisine écologique

Du mobilier de cuisine durable

L’alimentation durable commence par une conservation optimale des denrées afin de lutter contre le gaspillage alimentaire et la consommation inutile d’électricité. Retour du marché est composé de deux modules permettant de conserver les végétaux sans énergie uniquement par le jeu de la superposition et d’une bonne ventilation. La vitesse de maturation est limitée et de fait, la propagation des moisissures aussi. Mieux stockées, les pommes de terre, pommes et autres denrées alimentaires issues de l’agriculture se gardent plus longtemps.


Retour du marché est un mobilier made in France conçu uniquement avec des matériaux biosourcés. Il présente donc un impact zéro carbone. L’osier et le bois de hêtre qui le composent proviennent des territoires de Haute-Marne et des Vosges. Sa conception slow made allie savoir-faire traditionnels des artisans vanniers de Fayl-Billot, capitale de l’osiériculture, et technologie de pointe avec des machines à commande numérique pour le travail du bois de hêtre. Objectif durabilité !

Des ateliers pour initier à la cuisine anti-gaspi

Sensibiliser à la slow food avec pédagogie et bienveillance, apprendre à mieux consommer et à mieux manger tout en privilégiant les produits locaux, les circuits courts, les produits de saison et le fait-maison vont de pair avec la création de mobilier durable. Aussi, je transmets mes recettes et astuces à travers des ateliers dédiés à tous ceux qui se demandent comment avoir une alimentation durable. Dans mes ateliers culinaires zéro déchet, vous apprendrez à fabriquer vous-même des fromages, des pâtes de couleur, du vinaigre et de la moutarde ou à cuisiner un apéritif zéro déchet. Je propose également des ateliers créatifs autour de l’alimentation, car oui, les fruits et légumes peuvent être employés pour s’exprimer artistiquement. Foi de designeuse ! Ainsi, vous utiliserez leurs jus pour réaliser de magnifiques aquarelles ou confectionnerez un livret retraçant votre propre mode de consommation.

Ouverts à tous dès le plus jeune âge, ces ateliers sont aussi l’occasion de tisser des liens entre participants, que vous soyez un particulier ou une entreprise à la recherche d’un team building écoresponsable autour de l’alimentation et du développement durable.

 

Vous voulez en savoir plus sur l’alimentation durable et le slow living et souhaitez organiser ou participer à un atelier culinaire ou créatif ? Je serais ravie de vous initier à la cuisine écologique.

logoM.png

© 2020 - Tous droits réservés

  • Facebook
  • Instagram